Working Futures, une anthologie sur le futur du travail

L’institut Copia est un think tank créé par Mike Masnick et l’équipe qui a fondé le site Techdirt, blog américain traitant des problèmes juridiques relatifs à l’innovation technologique et à la révolution numérique. Il vient de publier une anthologie de science-fiction sur le futur du travail, Working Futures (2019).

Les auteurs sont Keyan Bowes, Katharine Dow, Timothy Geigner, Liam Hogan, Christopher Alex Hooton, Andrew Dana Hudson, Randy Lubin, Mike Masnick, Ross Pruden, N. R. M. Roshak, Holly Schofield et James Yu. Les éditeurs sont partis du constat que le monde du travail changeait rapidement et continuerait à muter dans les prochaines années sous l’impact d’innovations comme l’intelligence artificielle, la réalité virtuelle et l’ingénierie génétique. Ils décidèrent de se projeter dans le futur en créant des nouvelles de science-fiction dans la cadre d’une anthologie. Cette publication retient mon attention, car elle s’inscrit dans le cadre de ce que  j’appelais la science-fiction institutionnelle dans le livre L’innovation, entre science et science-fiction (2017). J’avais constaté que de nombreuses entreprises et quelques think tanks, particulièrement américains, publiaient des anthologies de science-fiction, sur des sujets variés, mais souvent en lien avec les secteurs économiques dans lesquels ils évoluaient. Le but de ces anthologies est d’envisager le futur à travers des scénarii créés par des esprits créatifs. Certains fictions sont optimistes, d’autres moins, et toutes contribuent à envisager le futur différemment, en empruntant des voies pour l’heure peu explorées. L’institut Copia peut ainsi enrichir son approche du travail du futur grâce à un exercice original et de plus en plus pratiqué, s’inscrivant dans une approche créative, le design fiction.

Voici la présentation du livre Working Futures par les auteurs, trouvée sur Amazon :

This anthology is the product of a unique experiment, and it’s been a long time in the making. I’ve spent over 20 years writing about how technology changes our world, and one of the most pressing (and fascinating!) questions has always been how it impacts the way we work: how we do our jobs, and what jobs there are to be done. Recent developments, especially in artificial intelligence, have brought this question back to the forefront, and a lot of people are wondering what the future of work will look like.

To help explore that question, the team at Techdirt decided to get help from people with lots of experience extrapolating current trends into future settings: science fiction writers. But first we wanted to lay some real-world groundwork, so we held a special event that brought together experts in several fields and people from a variety of backgrounds. Using a custom deck of cards to help map out various technological, political, economic and social trends, we played a scenario-planning game to brainstorm a series of possible futures shaped by these driving forces. We then packaged up these scenarios as one-page summaries and sent them out to sci-fi authors, both experienced and amateur, to serve as settings for their stories, or just as loose inspiration. The result was a bigger and better deluge of amazing story submissions than we anticipated – so much so that it was tough to decide on the final cut – and now I’m incredibly excited to share the Working Futures anthology with you.

I also decided to try my hand at writing my own stories for the anthology. One, the Nole Edge Economy, is about a world in which the DIY nature of people helping others do/build/fix stuff (a la today’s YouTube) might advance in a future world where the internet has become more distributed. The other, Prime of Life, raises a question about how much people might be willing to turn over their lives to certain internet companies… especially when they might compete to offer you a better life.  These and the other stories in the book are an attempt to explore various ways in which the nature of work might change in the future.  They are presented as neither « optimistic » nor « pessimistic » scenarios, but complicated ones, in which future worlds have both opportunities and challenges.

Rappelons au passage qu’une anthologie de science-fiction (non institutionnelle), en français, sur le même sujet, du futur du travail a été publiée en 2017, coordonnée notamment par Alain Damasio. La maison d’édition, La Volte, avait déjà publié des anthologies de science-fiction. Avec Au bal des actifs Demain, le travail, elle donne l’occasion de s’exprimer à douze auteurs engagés et reconnus. Malgré ou grâce à cette anthologie, la ministre du travail Muriel Pénicaud affirma le 29 mars 2018 que « Compte tenu de l’évolution de nos emplois avec la robotisation, ce serait aussi important que la science-fiction s’empare du thème du travail ». Comparer les diagnostics et solutions imaginaires aux problèmes du travail entre la science-fiction américaine et la science-fiction française permet de mieux cerner les différences culturelles entre ces deux nations. Si ce genre est déjà bien assimilé comme un outil propice à la futurologie aux États-Unis, cette approche est de plus en plus appréciée et recommandée en France par les responsables politiques et les dirigeants d’entreprises, dans le but de faire de la prospective.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close