La mouche, une horrification de la téléportation

Le film La mouche, de David Cronenberg, est un remake de La mouche noire, réalisé par Kurt Neumann en 1958 et une adaptation de la nouvelle de l’auteur franco-britannique George Langelaan.

Seth Brundle, un brillant scientifique, rencontre une journaliste, Veronica Quaife, lors d’un cocktail. Il la convainc de venir visiter son laboratoire, où il lui fait une démonstration de son invention, le télépod, qui permet de transférer la matière d’une cabine à une autre. Seth est victime du mal des transports, ce qui l’a incité à rechercher une solution pour se déplacer sans utiliser les véhicules traditionnels. Il est subventionné par une entreprise, mais lui seul connait vraiment le motif de ses recherches. Il refuse donc que Veronica divulgue les secrets de la téléportation dans un article de sa revue. Il lui propose toutefois de l’accompagner dans ses investigations dans le but d’écrire un livre quand il aura réussi à téléporter un être vivant. En effet, il est ennuyé, car ses expériences sur les singes sont systématiquement des échecs. Les malheureux primates finissent décharnés et le corps explosé lors du transfert. Seth finit toutefois par trouver une solution en reprogrammant son ordinateur, et un soir, alors que Veronica, avec qui il entretient une liaison, s’est absentée pour rejoindre son ex petit ami, il décide de tenter de se téléporter. Il s’agit du premier test sur un être humain. L’expérience réussit parfaitement, mais Seth ne s’est pas rendu compte qu’une mouche s’était insérée dans le télépod au moment de l’activation de la machine.

Peu après être sorti de l’engin, il se sent animé d’une forme prodigieuse. Ses performances sexuelles sont décuplées, il se met à pratiquer la gymnastique comme un athlète de haut niveau. Toutefois, Veronica se rend compte que d’étranges poils lui poussent dans le dos. Elle les fait analyser et réalise qu’ils ne sont pas humains et appartiennent à un insecte. De plus, Seth devient plus agressif, son comportement change et Veronica s’éloigne de lui. Il réalise plus tard que son corps subit des mutations importantes. Ses ongles et ses dents tombent. Son visage se transforme. Il consulte son ordinateur et réalise que celui-ci a réalisé une fusion génético-moléculaire des deux corps, de l’humain et de la mouche. Il est donc voué à devenir une mouche humaine.

Il devient capable de marcher sur les murs et au plafond, et semble accepter son sort, tout en cherchant à retrouver une apparence normale. Dans le même temps, Veronica découvre qu’elle est enceinte et redoute que l’enfant soit un monstre, compte tenu de l’apparence repoussante de son géniteur. Elle décide de se faire avorter, mais Seith l’enlève dans la clinique et la ramène dans son laboratoire. L’ancien compagnon de Veronica vient à son secours armé d’un fusil, mais est blessé grièvement par Seith, qui est devenu très agressif, cherchant à faire fusionner les corps de l’embryon, de Veronica et le sien dans une ultime téléportation. Le processus échoue et Veronica abat l’homme mouche d’une balle en pleine tête.

Ce film de science-fiction horrifique présente les conséquences négatives d’un dysfonctionnement de la téléportation sur le corps humain. Seith se transforme en mouche et est présenté comme un véritable monstre. Une telle fiction a popularisé le thème de la téléportation, sans pour autant en montrer le côté positif, à l’inverse de la série Star Trek, qui montrait l’intérêt d’une telle technologie pour le transport des individus. Là, l’expérience tourne mal et le scientifique est victime de son rêve démiurgique, pour ne pas dire prométhéen de donner à l’humanité une technologie qui révolutionnerait la manière de se déplacer sur la planète et dans le système solaire.

La métamorphose de Seith en mouche, faisant de lui un être hybride, mi-insecte, mi-humain, pouvait faire penser au départ du film à une énième production sur l’origine d’un superhéros. En effet, bon nombre des personnages Marvel sont le produit d’expériences scientifiques qui ont mal tourné, les personnages tirant leurs pouvoirs d’une exposition à des produits ou à des rayons radioactifs. Ils deviennent alors des mutants, et leurs nouvelles facultés leur permettent de devenir plus forts. Ils se mettent alors au service de la lutte contre le mal. La mouche de Cronenberg est-elle un film de super vilain, le scientifique Seth devenant un monstre au destin funeste ? Il ne met pas ses pouvoirs au service d’une cause démoniaque, mais cherche avant tout à sauver sa peau. Le film est le récit d’une métamorphose monstrueuse.

 
Ainsi, le processus de recherche sur la téléportation bénéficie-t-il ou nuit-il d’une telle fiction ? En effet le public pourrait ressentir une frayeur légitime à l’encontre d’une technologie menant à de telles atrocités. Qui pourrait souhaiter qu’une telle innovation voie le jour, au risque qu’un dysfonctionnement, même isolé, puisse provoquer de telles souffrances chez la personne qui en serait victime ? Pour l’heure, les recherches sur la téléportation sont marginales, bien que théoriquement viables. Il faudrait une rupture paradigmatique pour qu’une telle technologie apparaisse. Les films issus de la nouvelle La mouche ont contribué à diffuser l’idée de téléportation dans la société, et notamment dans les communautés d’ingénieurs. Ils ont toutefois participé à l’élaboration d’une certaine défiance vis-à-vis de son émergence. Le film La mouche remet notamment en question un processus d’innovation mené par un savant solitaire et probablement un peu fou, victime de son ambition démesurée. Il est toutefois probable que dans quelques années, quand un chercheur découvrira le moyen de rendre possible la téléportation, l’apport de ces récits à la construction d’un imaginaire scientifique performatif soit évoqué. Les scientifiques devront admettre la contribution de ces fictions au processus d’innovation, en stimulant l’imaginaire collectif à même de concevoir les applications positives d’une telle machine, la fusion des intellects menant à des découvertes majeures et à la commercialisation massive de cette invention révolutionnaire.

Thomas Michaud

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close